Contribuez au développement de ETIC Cameroun

troubles d’apprentissage

LES TROUBLES D’APPRENTISSAGE

Les troubles d’apprentissage sont de façon générale une ou plusieurs difficultés d’apprentissage éprouvées par une personne dotée d’une bonne intelligence. Il y a donc des troubles d’apprentissage reliés à l’attention, à la perception (visuelle et auditive), à la mémoire (à court et à long terme), au langage écrit et scolaire, au mouvement, au développement, à la parole, au traitement de l’information et aux fonctions exécutives. Dans nos salles de classe, ces troubles sont identifiées à partir des difficultés d’apprentissage. Savoir faire la distinction entre troubles d’apprentissage et difficultés d’apprentissage est essentiel pour mieux comprendre les problèmes des élèves et en discerner les causes. Cependant, la frontière entre ces deux réalités est parfois difficile à établir, surtout chez les élèves du collégial. Le tableau comparatif suivant présente quelques distinctions fondamentales entre les troubles et les difficultés d’apprentissage.

Les troubles d’apprentissage

Les difficultés d’apprentissage

• Ils sont permanents.
• Ils apparaissent tôt dans l’apprentissage.
• Leur cause est unique : neurologique • Ils provoquent, dans le cas d’une dyslexie ou d’une dysorthographie :
– une difficulté majeure à intégrer les processus de base permettant la compréhension ;
– une incapacité soit à automatiser la correspondance lettres-sons,
soit à lire à partir de la forme visuelle des mots et à récupérer la prononciation associée aux mots.
• Ils peuvent être diagnostiqués par un orthophoniste, un neuropsychologue ou un orthopédagogue.

• Elles sont souvent temporaires et peuvent parfois être corrigées.
• Elles peuvent apparaître à différentes étapes de l’apprentissage.
• Les causes sont multiples et non neurologiques :
– apprentissage lacunaire en lecture ou en écriture ;
– allophonie ;
– problèmes de méthode de travail ;
– trouble psychoaffectif,
manque de motivation ou d’intérêt ;
– situation socioéconomique difficile.

Retenons que les troubles d’apprentissages constituent un réel handicap pour les élèves dans leur cheminement scolaire et qu’il est difficile d’éliminer ces troubles, alors que les difficultés d’apprentissage sont souvent temporaires et peuvent généralement être surmontées.

Les troubles de l’attention

Les troubles de perception visuelle

Les troubles de mémoire verbale

Les troubles de la parole

Les troubles de l’attention se présentent chez les personnes qui ont des difficultés à gérer les mécanismes de leur attention. Ces personnes seront facilement distraites par les bruits et les déplacements autour d’elles. Elles ont des difficultés à s’organiser, oubliant ce qu’elles faisaient et égarant leurs effets personnels. Voici quelques troubles d’attention chez les élèves dont font face les enseignants : – L’élève est facile à distraire ;
– L’élève éprouve des difficultés d’écoute ;
– L’élève manque de concentration et éprouve de la difficulté à soutenir son attention ; – L’élève oublie rapidement ;
– L’élève perd souvent son matériel ;
– L’élève a de la difficulté à s’organiser ;
– L’élève a du mal à faire tous ses devoirs ;
Des solutions existent pour corriger ou atténuer ces troubles chez les élèves.

La perception visuelle est un ensemble de processus qui analysent ce que l’œil voit. Il y a :
a) La coordination visuo-motrice :
• Elle coordonne l’action de la main avec l’œil pour ainsi accomplir des mouvements en souplesse. C’est donc nécessaire pour l’écriture et la lecture.
b) La perception figure/fond :
• C’est la possibilité de faire abstraction d’un ensemble d’éléments pour se concentrer sur un seul. Par exemple, l’enfant se concentre sur le ballon pendant qu’il court mais perçoit les autres éléments du parc pour les éviter.
• Un enfant qui a des difficultés à ce niveau est souvent désorganisé parce que son attention sera attirée par plusieurs stimuli à la fois. Par exemple, l’enfant est incapable de trouver ses effets personnels même s’ils sont sous ses yeux.
Il peut avoir de la difficulté à trouver des renseignements dans une table des matières, un mot dans le dictionnaire, sauter des lignes ou des pages entières, avoir de la difficulté à solutionner un problème si la page est trop remplie d’informations, avoir de la difficulté dans les sports, etc. c) Position dans l’espace :
• C’est la capacité de donner la position exacte d’un objet ou de retrouver dans un ensemble de figures semblables celle qui a la même position.
Des solutions existent pour corriger ou atténuer ces troubles chez les élèves.

Il y a deux types de mémoire verbale :
• La mémoire de travail verbale retient l’information pour 30 secondes environ. Elle est très utile pour retenir les consignes, le début d’un mot pendant qu’on en lit le reste, etc.
C’est une mémoire qui peut être en difficulté si la personne a un problème d’attention.
• La mémoire verbale à long terme : il y a trois processus impliqués dans le fonctionnement de cette mémoire :
1) L’encodage : L’information entre en mémoire.
2) La consolidation : L’information entrée en mémoire y demeure même après un certain temps.
3) La récupération : On peut aller chercher en mémoire ce qui y est entré.
Lorsqu’une personne a un trouble de mémoire verbale à long terme, les adaptations seront faites pour aider à pallier au processus qui ne fonctionne pas bien.

On appelle « troubles de la parole » les problèmes d’élocution et de langage.
Il faut cependant distinguer les troubles mineurs et majeurs, qui ne nécessitent pas le même type de rééducation orthophonique.
Les premiers sont parfaitement normaux chez les enfants qui apprennent à parler ; en revanche, s’ils persistent après l’âge de 5 ou 6 ans, il est nécessaire de les traiter avant l’entrée à l’école primaire.
Seul un bilan réalisé par un professionnel permet de poser un diagnostic sur le trouble de la parole dont souffre son patient dont il en existe plusieurs.